On vous rappelle

Veuillez entrer votre numéro de téléphone, on vous rappelle en moins de 3 heures

Numéro :

Questions - Réponses

  • 1

    Chaudières

    1. Quand j'ouvre mon robinet d'eau chaude à fond, il arrive que l'eau me paraisse moins chaude !

    Effectivement, pour les chaudières à production d'eau chaude instantanée, la température de l'eau est liée au débit d'utilisation. Plus la quantité d'eau est importante, moins la chaudière a la capacité à la réchauffer.

    2. Dans ma salle de bain, j'attends longtemps avant d'avoir de l'eau chaude au robinet !

    Effectivement, pour les chaudières à production d'eau chaude instantanée, la température de l'eau est liée au débit d'utilisation. Plus la quantité d'eau est importante, moins la chaudière a la capacité à la réchauffer.

    3. Mon installateur m'a dit que je devais prendre un contrat d'entretien pour ma chaudière. Est-ce obligatoire ?

    Ce qui est obligatoire c'est l'entretien périodique par un professionnel. Le contrat n'est pas indispensable, mais conseillé par l'ensemble des professionnels. En effet, le contrat d'entretien est une formule simple comprenant la visite d'entretien annuelle et, éventuellement, les interventions pour dépannage.

    4. Je n'ai pas de cheminée. Quelles sont les solutions pour installer une chaudière à gaz ?

    Tous les fabricants proposent des chaudières étanches dont l'amenée d'air frais et l'évacuation des produits de combustion se font par l'intermédiaire de conduits spécifiques appelés ventouses.

    5. Je recherche un appareil qui déclencherait le chauffage aux heures que je souhaite. Quelle solution pouvez-vous me proposer ?

    Equipez-vous d'un programmateur ou d'un gestionnaire d'énergie, qui fera fonctionner vos appareils de chauffage selon vos instructions. Il offre au minimum deux niveaux de température et peut être journalier, hebdomadaire, voire annuel. Outre le chauffage, le programmateur peut agir sur les appareils électroménagers.

    6. Doit-on attendre qu'une chaudière ancienne ne fonctionne plus pour la changer ?

    Non, il faut par exemple savoir que les chaudières des années 75 ont des rendements de l'ordre de 70%, soit 20 à 35% de moins que les chaudières actuelles. Cela implique d'importantes économies d'énergie et des temps de retour pouvant être très faibles.

    7. Comment produire de l'eau chaude avec une chaudière ?

    Soit la chaudière est mixte :

    • Dans ce cas elle est conçue pour produire de l'eau chaude sanitaire

    Soit la chaudière ne fourni que du chauffage :

    • Dans ce cas il faut prévoir un ballon échangeur dont l'eau chaude sanitaire produite est chauffée par le circuit de chauffage de la chaudière.

    8. Quels sont les modes de production d'eau chaude ?

    Il existe 4 modes de production d'ECS

    La production instantanée :

    • il n'y a pas de stockage et toute l'eau froide est réchauffée au moment où elle est soutirée.

    La production semi-instantanée :

    • il y a un petit peu de stockage pour absorber les variations de température de soutirage.

    La production semi-accumulée :

    • le stockage est important et couvre les besoins de pointes sur 10 minutes.

    La production accumulée :

    • le stockage représente la consommation journalière

    9. Qu'est-ce qu'une chaudière à condensation ?

    La chaudière à condensation récupère la chaleur latente contenue dans la vapeur d'eau que produit le gaz naturel en brûlant. L'eau du circuit de chauffage est ainsi préchauffée. Il faut donc refroidir les produits de combustion pour provoquer la condensation. Au résultat, moins de consommation d'énergie et donc un bon point pour l'environnement. Cette solution est idéale pour un plancher chauffant à eau chaude ou des émetteurs de grande surface fonctionnant à basse température.

    10. Qu'est-ce que la régulation ?

    La régulation du chauffage est le meilleur moyen d'obtenir un confort optimal et de faire des économies d'énergie. La régulation assure le maintien en température constante des pièces (éventuellement de façon indépendante les unes des autres), prend en compte les apports de chaleur gratuits (solaire, les occupants, les appareils du type ordinateur par exemple…), permet de programmer des abaissements de température en cas d'absence.

    Pour la solution de régulation à adopter, vous avez le choix :

    • robinets thermostatiques,
    • thermostats mécaniques d'ambiance,
    • thermostats d'ambiance programmables,
    • sonde extérieure (nécessaire pour un plancher chauffant)...

    Vous pouvez générer jusqu'à 10 % d'économies sur votre facture énergétique, parfois plus.

    11. Je m'absente plusieurs jours, le gel peut-il endommager mon installation ?

    La position mini du sélecteur chauffage vous assure une protection de la chaudière. Dans les habitations inoccupées sur de longues périodes, il convient de vidanger l'installation ou de la protéger par un additif antigel spécial chauffage disponible auprès de votre installateur. Attention, votre circuit d'eau sanitaire (froide ou chaude) n'est pas protégé par la chaudière.

    12. Installer une chaudière murale ou au sol ?

    Les chaudières murales sont compactes. Elles peuvent être facilement installées dans un appartement. Elles produisent de l'eau chaude soit instantanée, soit par accumulation (associée à un ballon préparateur). Elles sont les plus économiques et fonctionnent généralement au gaz. Les chaudières au sol nécessitent une installation plus lourde. Elles sont plus encombrantes. On les retrouve à l'extérieur d'une maison, dans une cave, une salle d'eau. En acier ou en fonte, leur puissance et leur durée de vie sont supérieures aux chaudières murales. Elles fonctionnent au fioul ou au gaz. La production d'eau chaude s'effectue soit par un ballon intégré, soit par un préparateur extérieur.

    13. Dans une location avec chauffage au gaz, qui doit payer le contrat d'entretien : le locataire ou le propriétaire ?

    Dans une location relevant de la loi de juillet 1989, les contrats d'entretien liés à la fourniture de biens consommables (eau, gaz, électricité) sont normalement à la charge du locataire. Dans le cas d'une installation collective de chauffage, l'entretien de l'installation tout comme le combustible fait partie des sommes récupérées auprès des locataires.

    14. Si un locataire n'entretient pas une chaudière et que celle-ci tombe en panne au point de devoir être changée, le propriétaire peut-il exiger un tiers du prix au locataire pour son changement ?

    Le remplacement d'une chaudière relève en principe des obligations du bailleur, mais il peut être mis partiellement ou totalement à la charge du locataire s'il est établi que le locataire a négligé l'entretien de la chaudière. Il revient donc au propriétaire d'apporter les preuves de ce mauvais entretien.

    15. Puis-je bénéficier d'un crédit d'impôt pour l'installation d'une nouvelle chaudière ?

    Depuis le 1er janvier 2006, un crédit d'impôt (ou la somme correspondante si vous êtes exonéré) est accordé sur l'achat d'une nouvelle chaudière : 15% pour un modèle “basse température”, 25% ou 40% pour un modèle “à condensation”. Remplacer tous les 15 ans une chaudière, c'est réduire d'au moins 15% l'énergie consommée.

  • 2

    Nouvelles énergies et solaire

    1. Dans quel cas utiliser le chauffe-eau électro-solaire ?

    Il est particulièrement adapté aux maisons individuelles neuves ou à un projet de rénovation d'une installation d'eau chaude. Son installation sera conçue en fonction de l'ensoleillement de votre région. Une exposition plein sud du capteur permet de récupérer un maximum d'énergie solaire. Une exposition sud-ouest ou sud-est permet également d'obtenir une bonne efficacité.

    2. Comment ça marche un chauffe-eau solaire ?

    Le capteur solaire, placé soit en toiture, soit sur un support à même le sol, reçoit l'énergie du soleil. Un circuit hydraulique, composé d'une pompe de circulation et d'un régulateur, transfère la chaleur du capteur solaire vers un ballon à accumulation via un échangeur. Ce ballon emmagasine l'eau chaude et la restitue selon vos besoins. Les jours de faible ensoleillement, une résistance électrique, placée dans un ballon, prend le relais afin de disposer d'eau chaude en continu. Si vous bénéficiez d'une option tarifaire avec des heures "creuses", cette résistance se mettra en marche automatiquement pendant celles-ci. Il faut pour cela que votre chauffe-eau ait été relié à un dispositif assurant les 3 modes de fonctionnement possibles : automatique en heures creuses, marche forcée et arrêt. Si cela est nécessaire, vous pouvez mettre en marche manuellement le système en dehors de ces heures.

    3. Quels sont les avantages et les inconvénients du chauffe-eau solaire ?

    Avantages :

    • le chauffe-eau solaire valorise en toute sécurité une énergie naturelle, propre et inépuisable et évite le rejet dans l'atmosphère de plusieurs centaines de kilogrammes d'oxyde de carbone
    • l'eau est produite à bonne température (de l'ordre de 45 à 60°)
    • les économies réalisées représentent de 50 à 70% des dépenses d'énergie nécessaires à la production d'eau chaude sanitaire.

    Inconvénients :

    • dans certaines régions peu ensoleillées, le phénomène saisonnier peut obliger à recourir à un appoint, les seuls apports solaires ne permettant pas de couvrir tous les besoins tout le temps.

    4. Solaire : Puis je bénéficier d'avantages fiscaux ?

    L'achat d'un chauffe-eau solaire vous donne accès à un crédit d'impôt, à condition que les capteurs solaires soient certifiés CSTBat ou Solar Keymark. Le logement équipé doit être votre résidence principale, que vous soyez propriétaire, locataire ou occupant à titre gratuit, et qu'il soit ancien, neuf ou encore en construction entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre 2009. Le montant de ce crédit d'impôt est de 40 % des dépenses TTC (subventions déduites, hors main d'oeuvre) facturées et payées entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre 2009. Dans un logement acheté neuf, les équipements doivent avoir été intégré par le vendeur ou le constructeur du logement. Dans un logement en construction ou ancien, les équipements doivent être fournis par l'entreprise chargée de l'installation. L'entreprise ayant réalisé les travaux, le vendeur ou le constructeur du logement doit vous fournir une attestation ou une facture dont vous joignez une photocopie à la déclaration d'impôt.

    Le montant du crédit d'impôt est plafonné :

    • à 8 000 € pour une personne seule
    • à 16 000 € pour un couple marié soumis à l'imposition commune. Vous avez droit à une majoration de 400 € par personne à charge, 500 € pour le second enfant, 600 € par enfant à partir du troisième. Si le crédit excède l'impôt dû, l'excédent vous est restitué.

    5. Est-ce qu'il y a assez de soleil dans le Nord de la France pour une installation solaire ?

    Oui ! il y a assez de soleil pour utiliser l'énergie solaire partout en Europe, mais c'est évident que le rendement est meilleur quand l'ensoleillement est plus favorable. Dans le cas d'un chauffe-eau solaire utilisé pendant toute l'année, le rendement augmente en allant du Nord au Sud. Un chauffe-eau solaire moyen peut fournir 50% des besoins d'eau chaude à Lille, 56% à Paris, 66% à Bordeaux et 75% à Marseille. Mais les besoins sont plus importants dans le Nord et tout de même, le chauffe-eau solaire à Lille produit 1.775 kWh d'énergie utile par an.

    6. Je souhaite un devis pour une piscine, chauffe-eau, chauffage solaire .... voulez-vous m'envoyer votre documentation ?

    Oui, sous réserve d'avoir les données précises de votre environnement et de vos besoins (plans cotés).

    7. Est-il possible d'intégrer les panneaux solaires dans la toiture ?

    Oui, il existe des techniques permettant de monter les panneaux solaires directement sur une charpente, en lieu et place de la couverture (tuiles, bac acier, zinc, …). L'étanchéité est assurée par des joints secs entre panneaux et par des bandes de rives classiques que les couvreurs utilisent pour un velux par exemple. Cette technique est obligatoire pour obtenir les subventions ADEME lors d'une construction neuve, évitant ainsi le coût d'une couverture et favorisant l'esthétique générale du bâtiment.

    8. Un chauffe-eau solaire est-il un investissement rentable ?

    La réponse est oui, pour plusieurs raisons :

    • La durée de vie d'une installation solaire dépasse généralement celle d'un système traditionnel.
    • La chaleur produite par les capteurs solaires est gratuite.
    • La présence de capteurs solaires augmente la valeur du patrimoine immobilier.
    • La moitié de l'investissement est remboursée par l'État. (Selon la Loi de Finances 2006, Crédit d'Impôt Développement Durable)
    • L'installation d'un chauffe-eau est un investissement pour l'avenir de notre planète et de nos enfants.

    9. L'eau chaude solaire représente-t-elle vraiment un potentiel d'économie ?

    Absolument! Dans une famille, un chauffe-eau solaire permet de réduire significativement la facture de gaz et/ou d'électricité : jusqu'à 65% sur l'année, voire 100% les mois d'été.

    10. J'habite une région peu ensoleillée. l'énergie solaire est-elle suffisante ?

    Correctement dimensionné, un chauffe-eau solaire assure en moyenne 60% à 70% des besoins d'une famille... d'ailleurs, l'Allemagne, pays moins bien exposé que la France, compte déjà 6,2 millions de m² de capteurs solaires pour seulement 0,8 en France... CQFD !

  • 3

    Conduits de fumées

    1. Ma maison ne possède pas de conduit, puis-je en installer un ?

    Seul un système métallique de sortie de toit + conduit vous permet de créer (sans travaux lourds et coûteux) un conduit de cheminée. Les systèmes Poujoulat vous apportent un confort d'utilisation optimal en toute simplicité. Ils s'installent rapidement à sec (à la manière d'une fenêtre de toit), sans travaux sur la charpente et sont utilisables de suite. Vous pourrez alors profiter de votre appareil de chauffage, sans aucune arrière pensée.

    2. Mon conduit existant est en mauvais état et ne peut pas être tubé, que faire ?

    Vous devez créer un conduit de cheminée, 2 solutions s'offrent à vous :

    • un conduit à l'intérieur du bâtiment : il vous faut un conduit inox-galva ou therminox (TI et ZI) et une sortie de toit (soit une souche soit un solin inox).
    • un conduit à l'extérieur du bâtiment : il vous faut un conduit Therminox TI ou Therminox ZI peint à la teinte RAL de votre choix.

    3. Où les conduits doivent être obligatoirement isolés ?

    Vous devez obligatoirement utiliser un conduit isolé pour tout passage de plafond, en combles et dans la sortie de toit.

    4. De quelle hauteur une sortie de toit doit-elle dépasser la toiture ?

    On admet généralement l'arrêté d'octobre 69, toujours en vigueur. Il précise dans son article 18 : " Les orifices extérieurs des conduits à tirage naturel, individuels ou collectifs doivent être situés à 0,40 mètre au moins au-dessus de toute partie de construction distante de moins de 8 mètres".

    5. Comment fonctionne une chaudière étanche ?

    Ce type de chaudière à cycle étanche fonctionne de façon totalement indépendante de l'habitat. Contrairement aux chaudières atmosphériques qui puisent l'air dans la pièce où elles se trouvent, les chaudières étanches puisent l'air comburant sur l'extérieur à l'aide d'un conduit qui peut également servir à l'évacuation des fumées (système concentrique).

    6. A quoi sert la fumisterie ?

    La fumisterie est utilisée pour le raccordement des appareils de chauffage (entre l'appareil et le conduit, le raccordement doit être le plus court possible)

    7. Un conduit peut-il être tubé partiellement ?

    Non, un tubage doit être obligatoirement réalisé sur toute la longueur du conduit traditionnel (DTU 24.1). Si cette règle n'est pas respectée, votre installation sera non conforme et il n'y aura pas de prise en charge par votre assurance en cas de sinistre.

  • 4

    Climatisation

    1. Qu'est-ce qu'une climatisation réversible ?

    Ce système vous garantit une température idéale toute l'année en vous permettant de passer d'un simple geste de la fonction "rafraîchissante", à la fonction "chauffage".

    2. Est ce que l'installation d'une climatisation fixe nécessite de gros travaux ?

    Contrairement aux idées reçues, l'installation d'une climatisation ne nécessite pas de lourds travaux, mais juste des percements dans le mur dont le diamètre varie de 5 à 10 cm maximum.

    3. Est ce que la climatisation fait dépenser beaucoup d'énergie ?

    Effectivement, l'été l'utilisation d'une climatisation augmente la consommation d'énergie. Par contre en hiver, avec une climatisation réversible équipée avec la technologie Inverter, vous économisez jusqu'à 75% d'énergie par rapport à un convecteur électrique traditionnel, ce qui sur l'année, compense largement le faible surplus de consommation estivale. Au final sur l'année c'est donc une consommation d'énergie relativement moindre.

    4. Est ce que la climatisation réversible n'est que chauffage d'appoint ?

    La climatisation réversible est bien un chauffage à part entière. L'hiver, en mode chauffage, la climatisation permet de chauffer votre habitat de la même façon qu'un chauffage traditionnel et de manière plus homogène, et ce même par une température extérieure de -15°C.

    5. Quel entretien nécessite un système de climatisation ?

    Pour bénéficier d'un fonctionnement optimum, votre système de climatisation doit effectivement être entretenu comme tout appareil domestique. Cet entretien restant relativement facile. Il vous faut bien sûr dépoussiérer l'appareil mais surtout régulièrement nettoyer les filtres à l'aide d'un aspirateur et d'une éponge humide sans détergeant. Pour un suivi régulier de votre système de climatisation, votre installateur vous proposera un contrat d'entretien.

    6. Inverter, ça veut dire que ça fait du froid et du chaud ?

    Oui. Mais l'inverter est une technologie de régulation qui permet d'éviter les variations de température et par conséquent d'avoir une température constante et confortable dans votre pièce toute l'année. Cette technologie élimine les pics de consommation d'énergie dus aux redémarrages successifs, et permet des économies substantielles sur votre facture d'électricité. Elle fait l'objet d'un crédit d'impôt. Le principe de climatisation qui offre rafraîchissement et chauffage s'appelle la climatisation réversible.

    7. La climatisation c'est dangereux ! D'abord cela brasse les poussières et les bactéries du dehors et en plus, la différence de température ça rend malade

    En fait c'est tout à fait le contraire. Les unités sont équipés de filtres (+ Lien La santé) qui bloquent les intrus et assainissent l'air. Bactéries, virus, particules de fumée de cigarettes sont éliminés. Quant à la différence de température entre l'intérieur et l'extérieur, celle-ci n'aura d'influence que sur votre confort et non sur votre santé, tant qu'elle n'excédera pas 8°C.

    8. Quel est le principe de fonctionnement d'une climatisation réversible ?

    Produit phare actuellement, la climatisation réversible fonctionne de la façon suivante :

    • en mode rafraîchissement, le fluide qui circule dans l'appareil absorbe la chaleur de la pièce pour la rejeter vers l'extérieur.
    • A l'inverse, en mode chauffage, le climatiseur capte les calories à l'extérieur et diffuse chez vous une douce chaleur.

    Le résultat : c'est un certain nombre d'avantages significatifs, notamment en terme d'économies substantielles d'énergie.

    9. Quelles sont les opérations effectuées lors de la mise en service d'un climatiseur par la station technique agrée ?

    Ces opérations sont généralement : Contrôle électriques, frigorifiques et hydrauliques, dont le contrôle des étanchéité, et les réglages. une attestation de mise en service doit être remise au client.

    10. Quelles sont les aides fiscales pour une installation de climatisation ?

    Si la climatisation est réalisée pour votre résidence principale de + de 2 ans par un professionnel. T.V.A. applicable 5,5 %.

    Crédit d'impôt rubrique amélioration de l'habitat : énergie renouvelable (pompe à chaleur) :

    - 15% de la facture TTC

    • limité à 4 000 € pour une personne seule.
    • 8 000 € pour un couple + 400 € pour un enfant à charge.

    Se référer au site : www.impots.gouv.fr – CGI – Art. 200 quater

    11. Quels sont les grands principes pour choisir la puissance d'un climatiseur ?

    Beaucoup d'éléments entrent en jeu. Ainsi faut-il connaître les surfaces des murs, des fenêtres, des sols et des plafonds des locaux à climatiser, lesquels seront multipliés par des coefficients afin d'exprimer un résultat en watts. Encore chacun de ces éléments devra être pondéré : ainsi, un sol n'aura pas le même coefficient selon qu'il est en bois ou en béton, une fenêtre selon qu'elle est exposée au nord ou au sud (idem pour les murs), un plafond selon qu'il est sous combles aménagés ou non, une fenêtre selon que l'encadrement est ou non en bois. CPE est en mesure de faire ce bilan.

    12. Est-il normal que mon unité Inverter ne s'arrête jamais de fonctionner ? (ou presque)

    Oui, le principe du système Inverter est d'approcher au plus près le point de consigne demandé dans le local sans jamais l'atteindre. Ainsi, il peut jouer son rôle qui est d'optimiser le confort en gardant toujours la même température intérieure. De ce fait, le système Inverter permet également de faire des économies d'énergie en baissant la vitesse de rotation du compresseur au maximum (intensité absorbée minimum, COP maximum).

  • 5

    Chauffe-eau électriques

    1. A qui incombent les frais de détartrage d'un chauffe-eau électrique imposant la dépose du bloc résistance dans le cadre d'une location vide ?

    Le détartrage d'un chauffe-eau électrique avec dépose de la résistance est à la charge du propriétaire. En effet, les réparations à la charge du locataire sont limitativement énumérées par le décret du 26 août 1987 qui prévoit simplement " le rinçage et le nettoyage des corps de chauffe et tuyauteries" ; or, cette opération se distingue d'un simple nettoyage relevant de l'entretien courant.

    2. Que faire en cas d'absence prolongé sans utilisation d'eau chaude ?

    En cas d'absence prolongée l'hiver, couper l'alimentation électrique de l'appareil et vidanger le chauffe-eau afin d'éviter tout risque de gel.

    3. A quoi sert un trépied ?

    Indispensable en cas d'absence de mur porteur. Offre un gain de temps au montage. L'accès aux équipements est plus pratique. Attention !! le chauffe-eau doit quand même être fixé sur le mur.

    4. Dois je choisir un chauffe-eau à résistance blindée ou à résistance stéatite ?

    Le choix de la résistance utilisée est fonction de la nature de l'eau dans votre région. La résistance blindée est immergée dans l'eau, alors que la résistance stéatite est protégée par un fourreau émaillé et ne nécessite donc pas de vidange pour son remplacement.

    5. Le thermostat neuf de mon chauffe-eau se met en sécurité, pourquoi ?

    Vérifiez si votre chauffe-eau n'est pas entartré, le tartre étant un bon isolant thermique, la chaleur de la résistance au lieu de se dissiper dans l'eau reste dans le corps de chauffe et fait déclencher la thermostat. Vérifiez également si les bornes électriques sont bien serrées.

    6. Comment réduire la consommation d'eau chaude ?

    Prenez de préférence une douche plutôt qu'un bain; il consomme 3 à 5 fois plus d'eau! Evitez de laisser couler l'eau inutilement (par exemple, quand vous vous brossez les dents). Réparez toutes les fuites, même les plus minimes.

    7. Comment vidanger mon chauffe-eau ?

    Fermer l'arrivée d'eau froide. Ouvrir le robinet de vidange. Ouvrir les robinets d'eau chaude afin de permettre l'entrée d'air dans la cuve.

    8. Quelles sont les exigences à respecter pour installer un chauffe-eau ?

    Toute installation doit inclure un groupe de sécurité conforme à la norme ND D 36-401 (non fourni avec le chauffe-eau) qui prévient tout danger de surpression. L'eau en chauffant se dilate et augmente la pression, le groupe de sécurité sert alors de soupape.

    9. Mon chauffe-eau n'a plus d'eau chaude, que dois-je faire ?

    Avant que de faire venir votre électricien ou d'appeler votre agence EDF, vérifiez tout d'abord que le fusible de protection du Chauffe-eau et de la commande de celui ci soit ok, ensuite positionnez le commutateur Heures Creuses sur marche forcée.

    10. Pourquoi la température maximale de déclenchement du thermostat est réglée à 65°C ?

    Au dessus de 65°C , Vous risquez de vous brûler gravement si vous oubliez de mitiger avec de l'eau froide et aussi parce que votre chauffe-eau s'entartre. Vous réduisez ainsi sa longévité et surtout vous augmentez la facture d'électricité de 10%.

    11. Quels sont les règles à respecter pour l'arrivée d'eau froide ?

    Sur l'arrivée d'eau froide, il faut placer un ou deux groupes de sécurités conformes à la norme NF D 36.401. Il ne faut jamais monter de vanne entre le groupe de sécurité et le préparateur d'eau chaude. Les groupes et soupape de sécurité sont tarés à 7 bars. Si la pression de distribution dépasse 5 bars, il est nécessaire de monter un réducteur de pression en amont du ou des groupes de sécurité.

    12. Quels sont les règles à respecter pour la sortie eau chaude ?

    La température de l'eau chaude sanitaire, conformément à l'Arrêté du 23 juin 1978 ne doit pas dépasser 60°C au point de puisage. Si l'eau est produite à une température supérieure à 60°C, un dispositif limiteur de température ou mitigeur sera placé à la sortie du producteur d'eau chaude, le plus près possible, à une distance n'excédant pas 15 m (DTU 60.1,Additif 4).

    13. Mon chauffe-eau ne chauffe plus correctement, est-ce au locataire ou au propriétaire de payer les réparations ?

    S'il s'agit d'une défaillance technique de votre chauffe-eau, c'est au propriétaire de payer les réparations. En revanche, s'il s'agit d'un entartrage, par exemple, c'est au locataire de payer. Pour plus d'infos, adressez-vous à l'ADIL (Agence Départementale d'Informations sur le Logement) : http://www.anil.org

  • 6

    Radiateurs et sèche serviettes

    1. J'entends des bruits d'eau dans les radiateurs. Que faire pour résoudre ce problème ?

    Il y a peut-être de l'air dans les canalisations. Procédez à la purge de vos radiateurs en dévissant la vis placée à leur extrémité haute. Après une purge, rétablissez toujours la pression d'eau à partir du robinet de remplissage du circuit d'eau chauffag.

    2. Est-ce que des vieux convecteurs peuvent augmenter le montant de ma facture ?

    Si vos convecteurs ont plus de 10 ans, ils ont un rendement moins efficace que des convecteurs récents équipés de thermostats électroniques, qui vous permettent de programmer leur fonctionnement et leur température en fonction de votre présence. Pour un confort maximum, pensez aussi à vérifier l'isolation de votre logement.

    3. Dois-je éteindre mon chauffage quand je m'absente plus de 48 heures ?

    N'éteignez pas vos convecteurs, car il faudrait beaucoup plus de temps et d'énergie pour réchauffer votre logement à votre retour. Réglez-les sur la position minimum ou "hors-gel". Quand vous rentrez, ne réglez pas votre thermostat en position maximum, mais remettez-le sur la position "confort". La température montera aussi rapidement, sans occasionner de dépenses supplémentaires.

    4. Est-ce que je dois éteindre mon chauffage électrique dans la journée quand je m'absente ?

    Il ne faut pas l'éteindre, mais juste réduire la température de 3 ou 4 degrés si vous vous absentez plus de 4 heures. A votre retour, ne réglez pas votre thermostat en position maximum, mais remettez-le sur la position initiale. La température montera aussi rapidement, sans occasionner de dépenses supplémentaires. Si vos appareils sont équipés d'un thermostat, mettez le sur la position "éco" lorsque vous sortez et, à votre retour, remettez-le sur la position "confort".

    5. Quels sont les garanties des sèches serviettes ?

    Tous les radiateurs de salle de bains FINIMETAL sont garantis 5 ans contre tout défaut de fabrication (dans le cadre des conditions générales de vente). La peinture et les composants électriques sont garantis deux ans dans les mêmes conditions.

    6. Quels sont les normes et garanties de sécurité des sèches-serviettes ?

    Tous les radiateurs de salle de bains FINIMETAL sont conformes aux normes françaises et européennes. En tant que "radiateurs sèches-serviettes", ils sont prévus pour pouvoir être recouverts entièrement de serviettes et de draps de bains. La pression de service est de 8 bar (Aloha, Dolcea, Novella Bains Tahiti et Tahiti Surf) ou de 4 bar (Yin Yang, Balao, Arborescence, Chorus Bains, Oxford) et 10 bar (Maori et Maori Surf).

    7. Les radiateurs : fonte, acier ou aluminium ?

    De par leur inertie, les radiateurs en fonte diffusent la chaleur assez lentement, mais de manière très homogène. On trouve désormais des panneaux de fonte verticaux ou horizontaux aux formes très modernes. Le grand classique, c'est l'acier. Les radiateurs se fondent dans le décor grâce à la diversité des formes et des couleurs. Il diffuse la chaleur très rapidement car ils se réchauffent rapidement. L'aluminium, quant à lui, est léger, et excellent transmetteur de chaleur. En plus, il se révèle ultra-décoratif ! Vous pouvez même en faire réaliser sur mesure. En tout cas, quel que soit le matériau, les radiateurs deviennent multifonction : sèche-serviette, porte-manteau, claustra, miroir, éclairage...

    8. Dans une salle d'eau, peut on mettre un radiateur n'importe où ?

    La norme NF-C 15100 fixe les règles d'installation des radiateurs électriques dans les pièces d'eau, suivant le niveau d'isolation du radiateur : Si tous les radiateurs électriques et radiateurs sèche serviettes électriques sont de classe II / double isolation (Pour assurer la meilleure protection contre les projections d'eau), Ils peuvent être installés à proximité de la baignoire ou de la douche, dans les volumes de protection 2 et 3. Ils ne doivent pas être installés au dessus du volume de la baignoire ou dela douche. D'autre part, les organes de régulation électriques ne doivent pas être accessibles par une personne utilisant sa baignoire ou sa douche. Enfin, votre radiateur ne doit pas être raccordé à une borne de terre. Votre installateur doit être un professionnel qui observe les normes d'installation afin d'effectuer la pose dans les règles de l'art.

    9. Où placer les radiateurs dans la pièce à chauffer ?

    C'est l'emplacement, la dimension et le nombre de radiateurs qui optimisent le confort de chaque pièce. Si votre pièce n'est pas bien isolée, placez les radiateurs le plus près possible de la source d'air froid (exemple : fenêtre). Ce n'est pas seulement une question de confort : l'air froid et l'air chaud circulent de manière plus homogène sans créer une désagréable impression de "courant d'air". Si le radiateur est plus éloigné de la source d'airfroid, l'occupant de la pièce se trouve entre deux températures, il s'agit de l'effet "zone froide / zone chaude". Placé à proximité de la fenêtre, votre radiateur combat efficacement le "rayonnement froid" provenant de l'extérieur, et permet d'éviter les effets de buée.

    10. Un radiateur doit-il toujours être contre un mur ?

    Pas forcément. il peut être proposé des radiateurs maintenus sur pieds qui peuvent servir de séparation entre 2 pièces telle un « claustra » : par exemple entre le coin séjour et le coin salle à manger. Dans ce cas, le radiateur a une autre vocation que sa seule mission de « chauffer la pièce » : il contribue à l'aménagement de la pièce, à son architecture. De la même manière, vous pouvez imaginez votre radiateur ayant une fonction de rambarde dans une mezzanine : tout en chauffant, votre radiateur fait office de protection/garde-corps.

    11. Où prévoir les purges et vidanges de l'installation ?

    Il faut absolument prévoir un dispositif de purge sur tout point haut du circuit et sur chacun des radiateurs raccordés par le bas. Pensez aux purgeurs automatiques, ils sont bien utiles bien que leur encombrement et leur esthétique incitent à les cacher. Pour les vidanges, c'est exactement l'inverse, chaque point bas de chaque tronçon doit en être équipé, ainsi que chaque radiateur que vous alimentez par le haut. Ces vidanges doivent également pouvoir vous servir de robinet de chasse pour l'évacuation des particules en suspensions lors des opérations de lavage/rinçage et de traitement ; vous devez pour cela vous assurer de pouvoir obtenir un débit rapide. Veillez bien qu'à tout moment les purges et vidanges comme l'ensemble des organes de réglage, maintenance et contrôle soient aisément accessibles et manœuvrables (sauf locaux recevant du public naturellement).

    12. Quels types de raccordements prévoir pour les radiateurs de chauffage central ?

    Si votre radiateur est un appareil de chauffage central, il est raccordé par les tuyauteries d'alimentation en eau. Il est important, notamment si vous êtes en rénovation, de prendre en compte les arrivées d'eau pour définir votre radiateur, et votre plombier sera le mieux à même de vous y aider. En effet, le coût de l'installation peut être considérablement réduit grâce à la conception des raccordements du radiateur. Les radiateurs offrent généralement un grand nombre de solutions de raccordement (par le haut, par les cotés, par le bas …), et l'installateur devra prévoir le type de raccordement du radiateur, pour que ce dernier vienne s'adapter à votre installation. Prévoir les raccordements à l'avance permettront également d'optimiser l'esthétique de l'installation : éviter les longues tuyauteries disgracieuses qui courent le long des radiateurs par exemple. Installation classique ou hydrocablée, raccordements bitubes, monotubes : de multiples variantes de raccordement existent et sont à anticiper.

    13. Que faire lorsqu'un radiateur ne chauffe pas ?

    Avant toute intervention, démonter la tête du robinet puis, avec une pince, tirer doucement sur la tige qui dépasse du corps du robinet resté sur le radiateur. Enfoncer puis tirer de manière alternative puis remonter la tête du robinet : le mécanisme est débloqué. Si le problème persiste, le remplacement du corps du robinet devient indispensable.

    14. Peut-on installer un radiateur électrique sèche-serviettes sur un lambris PVC ?

    Aucun problème si les raccordements électriques sont conformes aux normes en vigueur.

    15. Est-il possible de réparer un radiateur en fonte percé ?

    Il est impossible de réparer un radiateur en fonte (qui généralement se fend). La seule possibilité est quand ce radiateur fuit au niveau des joints (appelés nipples), ce qui est rarissime et demande l'intervention d'un professionnel.

    16. Qu'est ce qu'un radiateur électrique à panneau rayonnant ?

    Une plaque contenue dans l'appareil, chauffée par une résistance, diffuse sa chaleur aux corps, objets, et parois environnants, qui réchauffent à leur tour l'air ambiant. La plaque rayonnante est protégée le plus souvent par une grille ou une façade en verre tout en laissant passer la chaleur. Ce principe de chauffage permet une bonne homogénéité de la chaleur. Un thermostat électronique vous permet de régler avec précision la température de votre pièce. Certains panneaux rayonnants permettent de réduire la température en cas d'absence et ainsi de réaliser des économies, grâce à des fonctions "éco" ou "Hors Gel".

    17. Qu'est ce qu'un programmateur et à quoi sert-il ?

    Un programmateur ou gestionnaire d'énergie est un appareil qui vous permet de définir la température que vous souhaitez dans chaque pièce de votre logement, en fonction de vos heures de présence. Outre votre chauffage, cet appareil peut gérer votre ballon d'eau et votre électroménager.

  • 7

    Plancher chauffant

    1. Peut-on utiliser de l'énergie électrique en plancher chauffant ?

    Le plancher rayonnant électrique permet d'associer le rayonnement d'une chaleur douce et homogène, et le confort d'un sol toujours chaud et agréable, sans aucune zone froide. Invisible, il permet d'aménager les pièces en toute liberté. Simple à installer, il s'adapte à la construction neuve comme à la rénovation. Chaleur homogène et facilité d'entretien : Le plancher rayonnant électrique offre toutes les qualités d'un rayonnement basse température : une chaleur douce, naturelle et homogène en tous points, sur toute la hauteur de la pièce. La température au sol est limitée (par décret) à 28°C et dépasse rarement les 24°C. Il n'y a pas de circulation d'air (donc pas de brassage de poussière), pas de sensation de dessèchement, ni de bruit de fonctionnement : autant d'atouts qui facilitent l'entretien et assurent un réel confort. Une sécurité électrique totale Le câble est composé de deux parties : Une partie chauffante et une liaison froide. La première sert au chauffage, la seconde au raccordement au réseau.

    2. Quelles sont les performances du plancher chauffant solaire ?

    Le plancher chauffant solaire vous permet d'obtenir une température ambiante inférieure de 2°C par rapport à un émetteur de chaleur traditionnel tout en procurant un bien-être supérieur. Tout cela avec des coûts de fonctionnement largement inférieurs aux autres énergies.

    3. En quelques mots, comment fonctionne un plancher chauffant solaire ?

    L'eau chaude produite par les capteurs transite à travers un module de transfert (module TR) avant de parcourir les tubes placés sous une chappe de béton. Les calories dégagées dans le plancher remonte à travers la chappe de béton profitant de l'inertie thermique de ce matériaux pour créer un déphasage. Ainsi l'énergie solaire captée durant la journée se diffuse en soirée dans l'habitat. L'installation d'une chaudière d'appoint est à prévoir afin de compléter votre système dans les périodes non ensoleillées.

    4. Quel est le principe du plancher chauffant ?

    Le plancher chauffant est un émetteur assurant une répartition homogène de la chaleur et possédant une grande surface de chauffe. Il fonctionne à basse température, la température superficielle du sol n'excédant pas 28°C. C'est un radiateur invisible, l'eau de chauffage circule dans un réseau de tuyauterie posée sur un isolant et cet ensemble est recouvert d'une chape. Le revêtement de sol est posé par-dessus (parquet, dallage ou carrelage). Les avantages sont la bonne répartition de la chaleur dans la pièce et surtout le gain de place tant au sol que contre les murs. A noter le plancher chauffant peut être réversible et rafraîchir durant l'été.

    5. Est-ce vrai que le plancher chauffant génère des problèmes de circulation sanguine ?

    Ce problème est un héritage historique lié aux mauvaises conceptions/installations réalisées il y a quelques dizaines d'années. De nos jours la conception et l'installation doivent remplir les conditions requises par les normes en vigueur. La norme UNI EN 1264 établit que la température maximale du revêtement du sol ne doit pas dépasser 29°C dans des pièces comme la chambre à coucher ou le séjour. Elle peut atteindre 33°C dans la salle de bains afin que la pièce soit plus chaude. Ces températures sont parfaitement compatibles avec la température corporelle et ne créent absolument pas les problèmes de circulation sanguine d'autrefois.

    6. Le système de chauffage au sol génère-t-il une irritation des voies respiratoires ?

    Absolument pas. Les températures au sol restent tellement basses (27-29°C) que les conditions d'humidité de l'air ne sont pas modifiées. Pour ce type d'installation, il n'est donc pas nécessaire d'utiliser les bacs humidificateurs qui sont adoptés dans les installations à radiateurs.

    7. Peut-on comparer le plancher rafraîchissant à une climatisation ?

    Non, pas vraiment. La climatisation agit sur l'air alors que nos installations agissent sur les masses. Le plancher rafraîchissant arrive ainsi à recréer l'avantage qu'ont souvent les vieilles maisons, celles qui restent fraîches tout l'été...