On vous rappelle

Veuillez entrer votre numéro de téléphone, on vous rappelle en moins de 3 heures

Numéro :

Détartrer un chauffe-eau

Au secours, mon chauffe-eau fait du bruit !

Qu'est-ce qui vous attend si vous détartrez votre chauffe-eau pour la première fois presque 10 ans après son installation ? Si vous l'avez toujours voulu savoir, voici l'expérience : Selon la qualité de l'eau, un chauffe-eau doit être détartré tous les 3 à 5 ans, disent les experts. Mais parfois, il ne se manifeste qu'au bout de 8 ans, avec un bruit qui ressemble à un claquement, et qui est devenu réellement insupportable après environ 9 ans. Il est temps d'éliminer le calcaire déposé dans le chauffe-eau!

Je vide mon chauffe-eau : Les préliminaires

Vider le chauffe-eau est une opération qui prend un certain temps, et nécessite donc un peu de planification. Il faut tout d'abord éliminer l'électricité de votre chauffe-eau trois jours avant l'intervention. Si on vide le chauffe-eau, la résistance (l'élément chauffant) est exposée à l'air ambiant, au lieu de se trouver immergée dans l'eau. Pire encore, le thermostat est également exposé, et mettrait la résistance en marche sans jamais pouvoir l'arrêter, puisque la température de coupe ne sera jamais atteinte. Inutile de le dire, sous ces conditions, la résistance ne survira pas longtemps. On coupe alors l'électricité ! Pour un chauffe-eau qui contient 150l, 3 jours et quelques douches après, il ne contient  plus que de l'eau froide. C'est le moment de passer à la phase 2.

Je le vide !

Pour vider le chauffe-eau, il faut faire la connaissance avec le groupe de sécurité : C'est l'élément avec les deux robinets bleus sur la photo. Le premier robinet à droite permet de couper l'alimentation. On le tourne de 90° pour couper l'eau.

Le deuxième robinet rond permet de vider le chauffe-eau. Si vous avez suivi la notice d'utilisation de votre chauffe-eau, vous l'avez déjà utilisé, pour tester régulièrement le bon fonctionnement du groupe de sécurité. Le groupe de sécurité sert comme soupape de sécurité, et laisse sortir de l'eau si la pression dans le ballon dépasse un seuil. Cela n'a rien d'alarmant; lorsque le chauffe-eau se met en marche, il est tout à fait normal que la pression monte, et que le groupe de sécurité laisse sortir quelques gouttes d'eau.

Vider le ballon peut s'avèrer assez difficile, puisque l'eau s'arrête de couler au bout de quelques minutes. Après, c'est au goutte par goutte, et l'opération est réellement terminée 24h après.  Pour vider complètement le chauffe-eau, il est nécessaire d'ouvrir les robinets d'eau chaude dans tous vos points d'eau. Vous allez entendre un sifflement d'air dans vos robinets lorsque vous videz le chauffe-eau. L'eau qui sort du ballon est remplacée par de l'air!

Même avec les robinets ouverts, vider le chauffe-eau prendre un certain temps, car la quantité d'air qui rentre par les robinets est assez faible. 

J'ouvre mon chauffe-eau

L'alimentation électrique du chauffe-eau a été coupée, ainsi que l'arrivée d'eau froide, le ballon est vide - on peut maintenant ouvrir le chauffe-eau. Sur la photo à gauche, on a déjà enlevé le capot en plastique qui couvre le branchement électrique du thermostat, et on a dévissé les fils électriques. Ceci n'est pas obligatoire, mais facilite le travail, et permet aussi d'enlever complètement la platine pour un nettoyage ne pas effectué sur place.

Le thermostat est l'élément noir au milieu du fond du ballon. On peut l'enlever pour l'opération, mais ce n'est pas obligatoire. Dans ce cas-ci le thermostat dispose d'une sonde de température d'un longueur de 40cm, qui est glissée dans un tube à coté de la résistance. Il existent aussi des thermostats branchés électriquement via 2 fils à une sonde de température.

La bride (ou platine) qui porte la résistance est fixée avec 5 ou 6 vis sur le fond du ballon. Après avoir dévissé les écrous, la platine devrait tomber toute seule dans vos mains. 

La troisième photo a été prise 3 ans plus tard, lors du deuxième détartrage. La platine est de nouveau complètement abimée par le tartre.

Nettoyage de la résistance

J'étais assez surpris de voir l'état de ma résistance. Sur la photo à gauche et celle au milieu, vous voyez la platine, avec son joint toujours posé, mais à peine visible puisqu'il est complètement couvert de calcaire. L'élément le plus long avec la sculpture de calcaire en tête est le tube dans lequel est glissé le thermostat. Les deux boucles constituent la résistance, et l'élément corrodé à coté à droite est l'anode. L'objectif de l'anode est d'attirer la corrosion, pour protéger la cuve. Si l'anode est complètement atteinte de corrosion, comme c'est le cas de la mienne, on doit la remplacer. 

La photo à droite montre la platine après le nettoyage. Là encore on peut être surpris de pouvoir constater que malgré les dépôts de calcaire, la résistance n'était pas atteinte de corrosion, ni le tube du thermostat. Dans le cas contraire, il ne serait qu'une question de temps avant que l'eau puisse rentrer dans le tube de la résistance, et produire un court-circuit. Dans ce cas là, et si la cuve elle-même est encore en bon état, on peut remplacer la platine entière, mais ce n'est pas la même facture.

Selon un plombier professionnel, le joint peut dès fois être réutilisé après un nettoyage.  Il est conseillé d'acheter un joint de remplacement avant d'entamer les travaux de détartrage, et j même d'acheter une anode de remplacement, si le chauffe-eau a déjà plus de 6-7 ans.

Enlèvement du calcaire

Enlever le calcaire est une opération manuelle. Il faut y aller à la main. La photo montre le calcaire enlevé dans 5 sacs. A la fin, prenez du sopalin pour bien nettoyer le fond de la cuve. Vous pouvez éventuellement constater des dépôts de calcaire assez durs autour de la sortie d'eau chaude à l'intérieur de la cuve, comme autour de l'entrée d'eau froide.

Remplacement du groupe de sécurité

Avec la cuve complètement vidée, c'est le moment de remplacer le groupe de sécurité, si besoin.  I faut donc bien vérifier l'état du groupe de sécurité avant de se lancer dans le détartrage, et d'acheter un groupe de remplacement si besoin. L'installation est très simple, il suffit de dévisser l'ancien groupe, changer les joints et visser le nouveau. 

Remettre la platine

C'est simple: On pose le joint sur la platine, on pose l'ensemble sur les 5 ou 6 vis (après avoir soigneusement nettoyé le contre-joint du ballon), et on serre les écrous. Bien évidemment on ne serre pas les écrous dans l'ordre, mais on serre progressivement l'ensemble des écrous, sans écraser le joint. Il vaut mieux serrer un peu plus lors du remplissage, si on constate que le joint n'est pas étanche, que de serrer trop et d'écraser le joint.

Avant de procéder au branchement électrique et à la fermeture du capot, remplissez votre ballon d'eau. Pour ceci, ouvrez le robinet du groupe de sécurité pour l'alimentation d'eau. Les différents robinets des points d'eau dans votre appartement doivent rester ouverts, jusqu'à ce l'eau commence à couler. Pendant le remplissage , surveillez le joint de la platine. S'il n'est pas étanche, serrez les vis un peu plus. Pendant le remplissage, il est possible que le joint de la sortie d'eau chaude de votre chauffe-eau coule un peu. Ce n'est pas forcement très grave; souvent il devient étanche lorsqu'il y a une pression suffisante dans le ballon.

Si tout se passe bien, on rebranche électricité, on pose le capot, on remet l'électricité en marche - et voilà, on n'a qu'à attendre le chauffement de l'eau.

Remplacement de l'anode

L'anode protège contre la corrosion

La protection cathodique est utilisée dans tous les chauffe-eau, soit sous forme d'une anode sacrificielle, soit depuis quelques années par une protection active dans les modèles haut de gamme. Pour faire simple, l'anode sacrificielle corrode à la place de la cuve. Comme le nom l'indique, elle est consommée pendant ce processus. La protection active, qui fonctionne par des pulsions de courant imposées, en revanche, ne s'use pas.

La photo à gauche montre la platine avec l'anode complètement consommée, la photo à droite la platine avec la nouvelle anode montée. Le bas de l'anode contient une vis M8 qui permet la fixation sur la platine. Mon anode a une longueur de 500mm, l'anode d'origine n'avait que 380mm.

Remplacement du thermostat

Enfin - le thermostat !

Après le groupe de sécurité et l'anode, c'est le thermostat qui peut lâcher. La défaillance d'un thermostat se manifeste le plus souvent par une résistance qui n'est plus alimentée, et donc par de l'eau froide. Dans des très rares cas, le thermostat peut aussi se bloquer en position "marche", auquel cas la résistance ne s'arrête plus, et s'auto-détruit. Mais c'est exceptionnel.

Dans un chauffe-eau bas de gamme, le thermostat est branché directement sur la résistance, et contient une sonde qui s'insère dans une tige dans la cuve. La vérification du fonctionnement est facile avec un multi-mètre. Le thermostat peut être remplacé sans vider la cuve, ce qui est très apprécié de la part du bricoleur.

Et si le chauffe-eau était à remplacer ?

Quel chauffe-eau acheter à sa place ? 

De nos jours on trouve trois types de chauffe-eau sur le marché, et chaque fabriquant les propose. Les "entrée de gamme" sont à résistance blindée, en contact direct avec l'eau, avec thermostat mécanique et protection cathodique passive, comme mon chauffe-eau actuel. En "milieu de gamme", on trouve des chauffe-eau avec résistance stéatite, ou la résistance ne rentre pas en contact direct avec l'eau. L'avantage mis en avant est que le remplacement de la résistance peut être fait sans vidange, donc plus vite, et pas de dépot de calcaire sur l'élément chauffant.

Le "haut de gamme" rajoute à la résistance stéatite une protection cathodique active, avec courant imposée, souvent combiné avec un thermostat électronique. La plupart des thermostats électroniques ont une protection contre la mise en marche sans eau, et certains disposent d'une fonction "anti-legionellose", qui augmente régulièrement et pour une très courte durée la température au delà de 65° pour tuer des bactéries éventuellement présentes dans l'eau.

 Tout élément peut facilement être remplacé, et les pièces d'échange sont faciles à trouver. La résistance stéatite est plus chère. Son remplacement plus rapide est un argument si vous faites appel à un plombier, mais pas pour un bricoleur, qui ne compte pas ses heures. Comme le détartrage et la vérification de l'anode sont toujours nécessaires, l'argument de l'intervention sans vidange est donc assez bidon.

La protection cathodique active est au mieux aussi efficace que la protection par une anode en magnésium, au pire un peu moins, car une mesure d'impédance est nécessaire pour pouvoir bien dimensionner le courant, puisque en vieillissant, le courant à imposer pour une protection optimale change. Les derniers modèles effectuent cette mesure entre deux impulsions du courant ("courant modulé"), les anciens avec courant continu ne le faisaient pas, et pouvaient perdre la protection avec l'âge. Le bricoleur, prêt à remplacer l'anode magnésium de temps en temps, peut se passer de ce système assez compliqué, et bénéficiera d'un autre avantage de la protection passive: Il parait que les produits d'auto-corrosion des anodes magnésium se déposent sur la cuve, fermant ainsi les micro-trous de l'émail à l'intérieur de la cuve.

Pour les non bricoleurs qui ne sont pas prêts à intervenir régulièrement sur leur chauffe-eau, l'achat d'un modèle haut de gamme est bien justifié.

logo chauffe-eau.fr